Artiste multidisciplinaire

Les attracteurs étranges

Les attracteurs étranges, intervention architecturale, 2006-2008.

Les attracteurs étranges explore les phénomènes complexes de la matière et de la perception en proposant au visiteur une situation d'interconnexion à un chaos sensible. Aménagée selon les caractéristiques architecturale du lieu, elle relie des processus de transduction et d’amplification entre dispositif, espaces et visiteur(s).

Une nuée de particules de vapeur est «sculptée» par la lumière et les mouvements de l’air. Ouverte sur un horizon d’indétermination, l’évolution de cette masse nébuleuse est influencée par un dispositif interactif dont les vibrations sonores et résonances internes sont amplifiées et transmises dans les espaces attenants. L’installation aborde les notions d’écran et d’interface par l’interaction de flux de matière, d’énergie et d’information.


Ce projet a bénéficié du soutien du FQRSC, du groupe de recherche-création Interstices et du Centre interuniversitaire des arts médiatiques (CIAM). Merci à Gisèle Trudel, Stéphane Beaudet pour l'électronique, à Lynn Hughes et Jean Dubois (Interstices), à l'EAVM-UQAM et à Oboro.


Les attracteurs étranges, texte de Claire Savoie paru dans la revue esse arts et opinions #66 -Dispartion. Printemps / Été 2009.
http://www.esse.ca/fr/node/1965
http://www.esse.ca/fr/revue/disparition


OBORO

Documentation de l'installation présentée au centre d'art OBORO du 13 septembre au 18 octobre 2008 dans le cadre de l'exposition Coefficients d’intimité / Amplified Intimacies du groupe Interstices.

Catalogue de l'exposition: www.oboro.net/fr/publication/coefficients-d-intimite-amplified-intimacies
Exposition: http://www.oboro.net/fr/activite/coefficients-dintimite

QTVR

CDEx

Documentation de l'installation présentée au CDEx du 20 au 29 mars 2008.

QTVR

Vidéo

Chronoscopies

Chronoscopies, série d'images numériques, 2006-2011.

La série Chronoscopies s'intéresse à la visualisation de phénomènes spatiotemporels. Chaque image est le résultat d’un processus où les plus petits composants qui la composent, les pixels, ont figé individuellement des fragments d'instants successifs. Les micro-prélèvements dans l'espace et leur inscription dans l'image se sont effectués séquentiellement, selon l’ordre de lecture et d’écriture occidental, de gauche à droite puis de haut en bas.


45.5019, -73.5710 [2010-11-12T11:28:52/13:35:29], de la série Chronoscopies. Image numérique de 187 x 107 cm. 2010.

  47.9013, 1.9027 [2010-04-30T16:45:53/18:51:07], de la série Chronoscopies. Image numérique de 83 x 150 cm. 2010.

Magnitudes

Magnitudes, installation interactive, 2004-2005.

Magnitudes est un environnement sonore, visuel et haptique actualisé par la présence et les gestes des visiteurs. Le dispositif prend la forme d’un object cubique auquel 5 enceintes acoustiques sont intégrées. En plus de ces enceintes dissimulées sous la surface de l’écran, un environnement sonore ambiophonique est diffusé dans l’espace périphérique.

La surface flexible du dispositif, qui sert de plateau et d’écran interactif, est recouverte d’une matière poudreuse blanche qui donne une matérialité à la fois aux images projetées et à la trame sonore généré. Les gestes des visiteurs sont retracés par des lignes accidentées qui disparaissent lentement. Cet « écran-matière » vibre selon l’activité détectée dans le lieu de diffusion et à sa surface; l’amplitude de basses fréquences diffusées sous la surface de l’écran s’accentue progressivement au cours de l’interaction et s’atténue lorsque les visiteurs quittent la pièce. Une expérience collective de l’oeuvre vient lier les actions des visiteurs selon leur degré d'implication par la création de lignes tracées entre eux.

Intersections

Intersections, installation interactive, 2005.

L'intervention du visiteur à la surface d'un écran tactile actualise des portions de l'image et provoque une ouverture acoustique artificielle vers l'extérieur.